STADE RENNAIS 1974-75. By Ageducatifs.


STADE RENNAIS 1974-75

Debouts : Loïc Kerbiriou, Daniel Bernard, Alain Cosnard, Jean-Luc Arribart, Yves Le Floch, Alain Rizzo.

Accroupis : Jean-Paul Rabier, Alain Bernard, Hervé Guermeur, Houssaine Anafal, Pierre Dell'Oste.


WAGs RETRO. Milka Lenac.


La jolie poupée qui pose assise sur un Telstar version WM '74 est Milka Lenac. Originaire de Rijeka, la brune au sourire chocolat suisse affiche les couleurs de son club – le HNK Rijeka – dans le magazine SN Rejiva en avril 1981 alors que cette dernière, forte de quelques tubes disco-synth-pop from Yougoslavia, fait danser tout le pays avec des singles comme « Ponoćni Express » (1980) et « Zajedno » (1981) à l'heure où les Yougoslaves pleurent encore leur défunt maréchal Tito, décédé en mai 1980. Sorte de Nena des Balkans, Milka Lenac intègre par la suite la formation pop « 777 », un autre groupe de Rijeka habitué, comme la chanteuse disco aux crampons moulés, des travées du stade Kantrida. Celle-ci quitte ses compagnons de route au bout d'un an (1983-84) pour poursuivre une carrière solo qui dure encore aujourd'hui.


F.C SOCHAUX 1978-79. By Panini.


F.C SOCHAUX-MONTBELIARD
1978-79

Debouts : Jean Fauvergue (ent.), Patrick Jeskowiak, Joël Bats, Patrick Revelli, Bernard Genghini, Thierry Meyer, Didier Dufour, Rémy, Abdoulaye Gueye, Jean-Luc Ruty, Albert Rust, Zvonko Ivezić.

Accroupis : Moussa Bezaz, Patrick Parizon, Eric Benoît, Jean-Bernard Biau, Jean-Pierre Posca, Laszlo Seleš, Abdel Djaadaoui, Léon Maier, Romain Zandona.



La grosse cylindrée de PATRICK REVELLI.


Au début de l'été 1978, Patrick Revelli quitte Saint-Etienne et débarque à Sochaux. Trop hot ! Dans la foulée, le cadet des Revelli en profite pour filer chez un concessionnaire et s'achète la 604 Peugeot dernier cri, à prix d'usine, eu égard à son statut d'employé du club de la marque au lion. Un modèle turbo qui a du coffre, bouffe du bitume, à la tenue de route impeccable en hiver sur les routes enneigées du Doubs, et friand des grands espaces à la manière de l'ancien attaquant stéphanois. Pour résumer, le gros joujou de la « Peuge » décoiffe et offre une seconde jeunesse au « Gaulois » lequel fait le plein de super du côté du stade Bonal. « La 604, elle a du chien » s'exclame avec force admiration le jovial moustachu aux cinq capes internationales. Bon, à Sochaux, on dit plutôt avoir du lion. Rapport à l'image du club, Patrick, enfin...

LILLE O.S.C 1978-79. By Panini.


LILLE OLYMPIQUE
SPORTING CLUB
1978-79

Debouts : René Marsiglia, Jean-Claude Chemier, Pierre Dréossi, Alain Grumelon, Serge Besnard, Alain Tirloit.

Accroupis : Arnaud Dos Santos, Roberto Cabral, Pierre Pleimelding, Didier Simon, Žarko Olarević.



Le dico argo-foot du professeur Migeon (Part 25).


Gérard Migeon traîne une drôle de réputation sur un terrain. Considéré comme un cave dans ses bois, le prince de la toile est un cador des vestiaires. Un fondu de la langue française qui travaille à la craie. « La Mige », son surnom dans la famille du ballon rond, connaît tout des rouages du football: ses vertus, ses vices et les petites formules qui fleurissent au ras du gazon. Le « Titi parisien » de Longjumeau décrypte et flingue le dictionnaire du foot, celui du temps des grandes heures, sur le tableau noir. Avec sa gouaille et sa moustache malhonnête, notre fine gâchette prend la plume et passe au vitriol les expressions du milieu. Et faut reconnaître, c'est du brutal ! Avis aux non-initiés.

PLEUREUSE :
Se dit d'un adversaire qui se plaint du traitement infligé.

  • « M'sieur l'arbitre, y fait sa pleureuse, j'lui ai à peine égratigné les joues avec mes crampons de 32 mm. » (Carlos Mozer, poète défenseur incompris).
  • « Aux chiottes les chialeuses. » (Raymond Domenech, homme de main du gang des Lyonnais).
  • « Tous des gonzesses. » (Bernard Boissier, ange déchu nîmois).

  • - Le cas en image -

    Un gars qui pleure à grosses larmes (Mario Kempes).

    R.S.C ANDERLECHT 1977-78.


    ROYAL SPORTING CLUB ANDERLECHT
    1977-78

    Debouts : Hugo Broos, Gilbert Van Binst, Ludo Coeck, Johnny Dusbaba, Nico De Bree, Jean Thissen, Erwin Van den Daele, Jacky Munaron.

    Assis : Raymond Goethals (ent.), Jean Dockx, François Van der Elst, Franky Vercauteren, Ronny Van Poucke, Benny Nielsen, Arie Haan, Peter Ressel, Robby Rensenbrink, Fernand Beeckman (physio.).


    LASZLO FAZEKAS vs LEE VAN CLEEF.


    LASZLO FAZEKAS vs LEE VAN CLEEF.
    On aimerait pas rencontrer László Fazekas le soir dans les ruelles sombres des faubourgs de Budapest. Sur l'air de la bande originale signée par Ennio Morricone, c'est plutôt le genre de gars à vous faire la peau, et tout ça pour quelques dollars de plus. Des florins, en fait, dans cette partie du monde. Fazekas, c'est « Il Brutto » - le sergent Sentenza - comme le personnage incarné par Lee Van Cleef. Un as de la gâchette aux 92 sélections qui trouve refuge en Belgique dans les années 80, à cheval et en sifflant, avec pour trésor une flopée de titres avec Újpest Dózsa (9) et quelques distinctions personnelles : trois fois meilleur buteur du championnat hongrois (1976, 78 et 80) et soulier d'argent 1980. De quoi placarder des affiches « WANTED » aux quatre coins de l'Europe. Pas uniquement à cause de cette fine moustache de cowboy solitaire et vénal.