MATCH REPLAY. Le jour où... Les juniors français deviennent champions d'Europe.

Le 22 mai 1983, les juniors français sont sacrés champions d'Europe en Angleterre, pays organisateur d'une édition marquée par le sceau de la French Touch classe biberon. C'est un exploit pour les Bleuets qui rejoignent ainsi leurs aînés de 1949, vainqueurs des Pays-Bas à l'époque où ces derniers n'étaient pas encore des « Flying Dutchmen ».

C'est à Huddersfield, dans le Nord du pays, que débute le parcours des hommes de Gaby Robert. Le 13 mai à Leeds Roads, un vieux stade au style so british, la génération Stéphane Paille évite le piège finlandais et débute la compétition par un succès. Une victoire facile (3-1) obtenue grâce à un doublé de Pascal Guion, un attaquant formé au LOSC, et le prometteur espoir sochalien. Deux jours plus tard à Notthigham, au City Ground, les Bleuets dominent la Belgique et signent un nouveau succès (3-1). Paille inscrit un doublé à son tour. Prissette, encore un gars du Nord, conclue la partie. Quatre points en deux matchs, nos juniors ont déjà leur billet en poche pour les demis avant de rencontrer l'Eire le 17. Pour son dernier match de poule, l'équipe de France se contente d'un petit nul (1-1). Unique buteur de la rencontre, Stéphane Paille – très bien entouré par ses potes de club Jean-Christophe Thomas, Thierry Fernier et Eric Hély – s'illustre une nouvelle fois, et fait la joie de son entraîneur. « Celui-là, s'il s'affirme techniquement, il fera très mal » se réjouit le technicien français assez fier de sa trouvaille. 

FRANCE-Belgique juniors 1983
Debouts : Sabonnadière, Degrave, Fernier, Paille, Hély, Reuzeau, Prissette.
Accroupis : Thomas, Guion, Christen, Fournier.

Le buteur sochalien, révélation du tournoi, confirme en demi-finale contre l'Italie. Le 20 mai à Stamford Bridge, Paille délivre les siens au cours d'une partie bien cadenassée dans l'ensemble (1-0). L'enjeu dépasse le jeu mais les p'tits coqs sortent la crête droite dans l'antre des Blues. Bien installée à Londres, la relève française est opposée à la Tchécoslovaquie pour la finale. L'événement se déroule à White Hart Lane, la maison des Spurs. Devant une assistance plutôt faible, un peu plus de 4.500 billets se sont vendus, les Bleuets prennent les Tchèques à la gorge. Dès la 7ème minute, le défenseur lavallois Bertrand Reuzeau ouvre le score d'un lob bien ajusté. Les quatre-vingt-trois minutes restantes, l'équipe de France gère en s'appuyant sur une défense de fer – pied de nez à Margaret – et un milieu costaud porté par son capitaine et meneur Laurent Fournier. L'équipe de France s'impose sur la plus petite des marges et l'espoir lyonnais peut fièrement brandir le trophée. Lui et ses copains sont entrés dans la légende. Comme ceux de 49. Ça faisait un bail quand même !

- 23 mai 1983 -
WHITE HART LANE. LONDRES. 4.593 spectateurs.
FRANCE bat Tchécoslovaquie: 1-0 (1-0)
Arbitre Mr Petrovic (Yougoslavie).
But : Reuzeau (7ème) pour la France.
Remplacements : Fréchet par Fernier (61ème), Guion par Fourrier (89ème) pour la France. Soucha par Kollar (69ème), Vrto par Kabyl (41ème) pour la Tchécoslovaquie.
FRANCE : Sabonnadière – Reuzeau, Prissette, Degrave, Hély – Ribar, Fournier, Fréchet, Thomas – Paille, Guion. Entraîneur : Gaby Robert.
TCHECOSLOVAQUIE : Pribyl – Stas, Grussmann, Organik, Hornyak – Kukleta, Soucha, Balaz, Vrto – Horvath, Skuhravy. Entraîneur : Mr Kvacek.


FRANCE-Tchécoslovaquie junior 1983

Debouts : Hély, Degrave, Prissette, Paille, Reuzeau, Sabonnadière, Fournier.

Accroupis : Fréchet, Ribar, Guion, Thomas.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire